Interview (extrait) paru dans le magazine Fugitive Data #2.

FD : Pseudo ?ADM : Alejandro D'Marco est un pseudonyme, l'origine est une association libre et obscure avec le Marquis de Sade, et il me semblait le plus appropriée à cause de mon travail dédié à l’horreur et à la souffrance.
FD : Votre lieu de naissance influence-t-il vos créations ?ADM :  Je suis né à Buenos Aires, en Argentine, mon enfance et mon adolescence se passaient au milieu de la dictature militaire des années 70 avec un climat oppressant et la censure. Je pense que cette  atmosphère que j'ai absorbée et le contact avec la douleur, l'angoisse et l'oppression est l'un des moteurs de mon travail.
FD : Votre famille influence-t-elle vos créations ?ADM :  Non, c'est mon enfance et tous les films d'horreur  et de science-fiction que j'ai vu, qui m'ont le plus influencé.
FD : Pensez-vous que la météo influence votre art ?ADM :  Oui, la pluie est une des forces qui me donne des idées.
FD : Votre art est-il de la propagande ?ADM :  Non, je fais mon travail pour chasser mes démons et me détendre... c'est tout...
FD : Votre art peut-il sauver des gens ?ADM :  L'art et la musique, détendent nos esprits pour s'éloigner quelques de temps de la réalité... un sauvetage transitoire en somme...
FD : Avez-vous un rituel spécifique pour travailler ?ADM : Je dois être dans une atmosphère calme et silencieuse, je travaille la nuit jusqu'au petit matin.Quand je commence à travailler, j'écoute habituellement de la musique d'ambiance, sombre et lugubre pour me donner l'atmosphère dont j'ai besoin, et ainsi je me submerge de douleur pour que les choses se produisent.

ALEJANDRO D'MARCO

Exhibition Collective de Peintres Numériques

Fugitive Data

© ICC&FugitiveData. 2020/2021. Toutes reproductions, mêmes partielles, interdites.

GOODIES